Skip to content

Qu’est-ce que l’aromathérapie ?

Définition aromathérapie

Aromathérapie : comment bien utiliser les huiles essentielles ?

L’aromathérapie se définit par l’utilisation médicale des extraits aromatiques de plantes (essences et huiles essentielles). Elle se différencie de la phytothérapie qui fait usage de l’ensemble des éléments d’une plante, et extrait par d’autres moyens que la distillation (infusion, décoctions, teintures mères, macérations …) .

L’aromathérapie est-elle scientifiquement reconnue ?

Les huiles essentielles sont obtenues par une distillation à la vapeur d’eau de l’organe producteur de la plante, et représentent donc ce qu’il y a de plus volatil dans la plante. On parle de quintessence, voire même de l’âme de la plante.

Lorsque nous utilisons les huiles essentielles nous bénéficions ainsi d’actifs naturels très puissants. Ces actifs sont biochimiquement identifiés par chromatographie et donnent ainsi à l’aromathérapie scientifique tous ses fondements.

Cependant chaque huile essentielle conserve une part de mystère que le scientifique ne parvient pas forcément à expliquer, mais qu’il constate avec évidence.

La vibration olfactive des huiles essentielles (associée à l’aura de la plante dont elle est issue) pénètre en nous, malgré nous, et cette information va se lire au niveau du cerveau limbique, le siège des émotions et des instincts. Ce sont ces actions subtiles qui sont à la base de l’olfactothérapie et qui permettent de corriger certains comportements humains indésirables liés à des traumas passés.

Aromathérapie : exemples et gestes simples avec les huiles essentielles

  • L’huile essentielle d’hélichryse italienne, sur un hématome ou une contusion, soulage radicalement la douleur et évite la formation d’un bleu.
  • L’huile essentielle de lavande aspic pure, appliquée sur une brûlure ou une ampoule, soulage la douleur en quelques secondes et accélère le processus de cicatrisation. Elle peut aussi vous sauver la vie en évitant la réaction allergique ou l’œdème, en cas de piqûre de guêpe ou de morsure d’un animal venimeux.
  • L’huile essentielle de laurier noble, sur un panaris ou un abcès, fait murir l’infection et soulage la douleur en quelques heures.

Lien extérieur : Aromathérapie par WikiPhyto

Que soigne-t-on par l’aromathérapie ?

L’aromathérapie traite, de manière curative et préventive, la majorité des demandes de conseils en officine. Elle utilise des huiles essentielles et des essences, pures ou diluées par voie cutanée, sublinguale, orale, rectale, ou par diffusion atmosphérique.

A chaque fois qu’une huile essentielle est mise en rapport avec un autre organisme vivant, il y a un échange qui participe à un effet énergétique global. Lorsque l’huile est bien choisie, en rapport avec les besoins ou les faiblesses de l’organisme en question, celui-ci se rééquilibre, il se recharge grâce l’apport énergétique de l’huile essentielle.

c Les huiles essentielles aident à rétablir les terrains déséquilibrés chez lesquels des pathologies chroniques peuvent s’installer. Elles favorisent d’autre part les forces d’auto-guérison du corps qui « muscle » ainsi ses points faibles.

Les sujets de nos articles

Cardio-vasculaire : pathologie de la circulation sanguine, artérielle ou lymphatique comme les jambes lourdes, les hémorroïdes, les varices, les vaisseaux apparents sur les jambes ou le visage comme la couperose, l’hyper ou hypotension artérielle, le cholestérol, l’artérite, l’œdème lymphatique, les palpitations cardiaques, les phlébites et thromboses

Système nerveux, stress et fatigue : gestion de tous les états de stress, troubles du sommeil, fatigue et asthénie chronique, stress digestif, cardiovasculaire, respiratoire ou dermatologique.

Digestion : pathologie de tout l’arbre digestif, à savoir les intestins et MICI (maladie inflammatoires chroniques des intestins), foie et les problèmes de vésicule biliaire, flore intestinale et immunité, estomac et bouche, pathologie hémorroïdaire, troubles du transit.

Dermatologie : Dermatose aigue comme les coup de soleil, les piqûres d’insectes ou d’animaux venimeux, les abcès ou infections bactériennes, la varicelle, le prurit allergique, … dermatose chronique comme l’acné, les mycoses, les verrues, l’eczéma, la couperose, le psoriasis, le zona, la radioprotection, les cicatrices.

Respiration : infections ORL et pulmonaire, chronique ou aigue, attaque virale, gestion de la toux et des mucosités.

Rhumatologie : pathologie aigue ou chronique d’origine traumatique ou dégénérative, gestion de tous les types de douleurs, de la pathologie du sportif à celle de la personne âgée.

Gynécologie : Equilibre thyroïdien ou des hormones sexuelles, pathologie prostatique, infections urinaires, gynécologiques et équilibre et bien-être féminin : à lire, l’immunité au féminin.

Immunité : problème d’infection récidivante et chronique, terrain allergique et hyper-réactif, maladie dégénérative et auto-immune, accompagnement et prévention de la pathologie cancéreuse.

Pédiatrie : le bon usage des huiles essentielles pour prévenir, guérir et accompagner les pathologies infantiles.

Beauté : chute de cheveux, vitalité capillaire, teint et rides, poids et silhouette.

Focus huiles essentielles : Les huiles essentielles à l’hôpital, en voyage, pour assainir une atmosphère, le sport, le vieillissement.

Aromathérapie : effets indésirables et toxicité des huiles essentielles

L’aromathérapie n’est pas une médecine douce, elle est à l’origine d’effets très puissants sur l’organisme et peut induire par conséquent des réactions délétères. Cependant, lorsque les huiles essentielles sont bien connues et utilisées dans les bonnes conditions, les effets toxiques ne peuvent être imputables qu’à une dose trop élevée ou à une fragilité de terrain. Il est donc primordial de demander conseil à un pharmacien ou un aromathérapeute quand le doute subsiste.

La bonne dose permettra d’obtenir l’efficacité requise pour traiter la pathologie et, d’autre part, sera la garante d’un traitement en toute sécurité. Les sujets sensibles qui devront observer quelques précautions d’emploi avec les huiles essentielles seront les femmes enceintes ou allaitantes, les nourrissons et les enfants de moins de 6 ans, les sujets épileptiques, les sujets concernés par un antécédent de cancer hormono-dépendant. Je leur conseille d’éviter « l’auto-médicamentation  par les huiles essentielles »  et de toujours demander le conseil avisé d’un spécialiste, ainsi que de lire l’article : Huiles essentielles, aromathérapie, toxicités et contre-indications.

Rejoignez + de 7,000 lecteurs

Tous nos conseils de santé au naturel, nos recommandations en aromathérapie, nos formules huiles essentielles.

Terms and Conditions checkbox is required.
Something went wrong. Please check your entries and try again.

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d'information AMSOAM. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

Scroll To Top