Les huiles essentielles, le cholestérol et la santé cardiovasculaire

203
Les huiles essentielles et le cholestérol

Aujourd’hui les médicaments pour le cœur, la tension artérielle et contre le cholestérol représentent surement les traitements les plus fréquemment prescrits et les plus longtemps suivis. Ainsi on parle des satines contre l’hypercholestérolémie, des anti-arythmiques pour le cœur, des antihypertenseurs et des anti-coagulants … Pour autant, les maladies cardio-vasculaires représentent encore paradoxalement la première cause de mortalité dans nos pays de consommation. N’y a t il pas un paradoxe ? Et y aurait il par le biais des huiles essentielles et de l’aromathérapie des outils de prévention à tous ces problèmes de santé ?

Le cholestérol, un lipide essentiel

Le cholestérol est un lipide qui joue un rôle important dans de multiples processus biologique. Il sert à la construction des membranes cellulaires et participe à l’échange intercellulaire, notamment celui de la sérotonine (neurotransmetteur important pour le maintien de l’équilibre psychique et des rythmes circadiens) au niveau cérébral. S’il est en quantité insuffisante, ce sont les capacités cognitives et l’équilibre nerveux qui peuvent être altérés avec des problèmes de mémoires, des humeurs dépressives et une baisse de la libido. Il est impliqué dans la synthèse du cortisol qui est l’anti-inflammatoire endogène, c’est une ressource sollicitée dans la résistance au stress et la synthèse de la vitamine D… Et si ses variations dans le sang n’étaient que le reflet de certaines adaptations l’organisme ? Comme par exemple son augmentation fréquente au moment de l’effondrement des hormones sexuelles, conséquence directe de la ménopause ou l’andropause, ou encore son augmentation quasi systématique dans les états de surmenage. Dans cette logique, il faudrait donc s’en servir comme un outil d’adaptation, à respecter plutôt qu’à combattre.

L’efficacité des huiles essentielles sur les vaisseaux et le cholestérol

Les huiles essentielles présentent des propriétés eubiotiques lorsqu’elles sont utilisées dans les règles de l’art. C’est-à-dire qu’elles ne contrarient jamais des processus favorables à la vie. Lorsque le corps compense, s’adapte, se défend, les huiles essentielles l’accompagnent. Sur ce sujet précis de l’hypercholestérolémie, certaines huiles essentielles soutiennent les fonctions organiques plus que vers le seul objectif de la diminution du taux de cholestérol. Les huiles essentielles de livèche racine, de romarin à verbénone, d’hélichryse italienne ou encore de carotte cultivée ou de ledon du Groenland sont les plus classiquement utilisées.

Plus précisément, les huiles essentielles riches en phtalides comme l’huile essentielle de livèche racine (ou de céleri) a de puissantes propriétés drainantes du filtre hépatorénal. Cet axe hépato rénal a en charge entre autre la qualité du sang et sa circulation. Ce carrefour métabolique est parfaitement régulé par cette huile essentielle. L’huile essentielle de livèche régule l’élimination urinaire, et nettoie le filtre hépatique et rénal. Elle peut être hypotensive au besoin.

L’huile essentielle d’hélichryse italienne régénère les cellules du foie et soutient donc toutes ces fonctionnalités. Ses propriétés fibrinolytiques sont par ailleurs un garde fou quant à un risque de thrombose ou d’infarctus éventuel.

Les huiles essentielles de romarin à verbénone et de carotte, sont par ailleurs d’excellentes détoxifiantes. Elles purifient aussi le sang des graisses superflues notamment par l’effet mucolytique de la verbénone. Et la carotte soucieuse de l’intégrité de tous les épithéliums, circulante des les vaisseaux s’évertue à réparer les surfaces de ces parois vasculaires potentiellement encrassées par l’athérome.

HE livèche racine
Levisticum Officinalis
4 ml
HE hélichryse italienne
Helichrysum italicum
1 ml
HE romarin à verbénone
Rosmarinus officinalis
3 ml
HE carotte
Daucus carota sativa
2 ml

Propriétés : Hypolipémiantes, diurétiques, drainantes hépatiques et fibrinolytiques

Préparation : dans un flacon en verre teinté de 10 ml muni d’un compte goutte, verser les huiles essentielles selon les quantité indiquées, en prenant l’équivalence de 30 gouttes pour 1 ml.

Mode d’emploi :  Voie sublinguale : prendre 3 gouttes dans une petite cuillère avec un peu d’huile de lin à la fin des repas, 2 à 3 fois par jour. A suivre 3 semaines sur 4.

CONTRE-INDICATIONS : femme enceinte et allaitante, antécédent de cancer hormone-dépendant.

Stress, surmenage et cholestérol

Parfois certains contextes de vie stressants mettent l’organisme à rude épreuve.  Hypertension artérielle, palpitations et hypercholestérolémie peuvent accompagner surmenage, stress et insomnies. Dans ce cas, la régulation neurovégétative peut aider à faire descendre la tension artérielle et à diminuer la sécrétion du cholestérol et son taux sanguin.

A FAIRE : mélanger dans un flacon de 10 ml, HE ylang-ylang (Cananga odorata) 1 ml, HE vétiver (vetiveria zizanoides) 1 ml, HE lavande fine (Lavandula angustifolia) 1 ml, HV noyau abricot QSP 10 ml.

MODE D’EMPLOI : Déposer 2 gouttes à l’intérieur des poignets et respirer profondément au moins 5 fois de suite. Et en plus, déposer 5 à 10 gouttes sur le plexus cardiaque, 4 fois par jour. Et, en plus, mettre 5 gouttes en bouche 4 fois par jour.

A lire pour compléter ce sujet, les huiles essentielles pour les jambes lourdes.

Si vous souhaitez en savoir plus venez suivre la prochaine formation en aromathérapie scientifique, coeur, sang, vaisseaux.

PARTAGER
Docteur en Pharmacie, aromatologue et réflexologue. Aude Maillard a une approche très complète des huiles essentielles, à la fois scientifique et énergétique. C’est aussi et avant tout une passionnée des huiles essentielles avide de transmettre son savoir. Elle anime aujourd’hui des ateliers santé autour de l’aromathérapie ainsi que des formations professionnelles pour devenir aromathérapeute.