Les huiles essentielles pour le confort intime féminin

225
huiles essentielles confort gynécologique femme

Les huiles essentielles sont particulièrement recommandées pour préserver l’équilibre de la sphère gynécologique et optimiser le confort intime de la femme. Elles procurent à la fois du plaisir par leurs parfums délicats, adoucissent les sensations de démangeaisons au niveau vaginal et renforcent l’immunité locale gynécologique. Les huiles essentielles possèdent bon nombre d’intérêts pour la femme et notamment celui du respect de l’intégrité de son écosystème vaginal. Elles présentent cependant, aussi des risques de par leur côté caustique et doivent être utilisées convenablement diluées sur ces muqueuses particulièrement fragiles.

Le vagin : une muqueuse délicate et un rempart immunitaire

Comme toutes les interfaces, la zone vaginale est dotée d’une population bactérienne spécifique, différente de celle des intestins, qui assure la défense des lieux contre tous les germes pouvant s’y introduire. Ceux-ci peuvent venir tant de l’extérieur par pénétration vaginale que de l’intérieur par contamination avec des zones de proximité comme les voies urinaire ou digestive. Pour prévenir les infections gynécologiques (pour cela lire l’article, l’immunité au féminin), il est important que cette zone soit entretenue au quotidien dans le respect de sa physiologie et de ses fragilités. Son équilibre fonctionnel conditionne à la fois la santé de la femme mais aussi son bien-être subtil : le confort vaginal, le plaisir sexuel, l’équilibre psychique, la confiance et l’estime d’elle-même. La fragilité de cet écosystème est évidente, il peut être perturbé tant par de mauvais gestes d’hygiène intime, que par un état de stress, ou bien un ralentissement du transit ou encore des fluctuations hormonales dues au cycle ou tout simplement à l’âge.

Conseils naturopathiques pour respecter l’équilibre vaginal

Voici quelques conseils pour préserver l’équilibre gynécologique.

  • Eviter de laver les parties génitales féminines avec un savon contenant des matières premières synthétiques. Celles-ci ne sont pas bien tolérées et surtout excitent le rempart immunitaire en créant des micro-foyers inflammatoires.
  • Préférer tout simplement l’utilisation d’un savon d’Alep. La toilette ne doit pas se faire plus d’une fois par jour.
  • Eviter le port de vêtement serrer à l’entre jambe.
  • Les tampons hygiéniques doivent être utilisés exclusivement pendant les menstruations, et doivent être changés toutes les 5 heures maximum, préférer les protections hygiéniques d’origine naturelle (en magasin bio).
  • Eviter l’utilisation de savons liquides d’hygiène intime trop alcalins (pH supérieur à 7). En effet, le pH physiologique des muqueuses gynécologiques est acide. C’est un outil immunitaire qui contribue à faire rempart aux bactéries pathogènes. Les gels destinées à la toilette intime avec un pH basique sont adaptées aux périodes de mycoses car le candida albicans ne peut pas se multiplier sur des terrains basiques. Utilisées ponctuellement dans les périodes de mycoses, ces solutions présentent l’avantage de calmer les démangeaisons, mais elles ne sont pas adaptées à l’usage au long cours.
  • Prendre systématiquement des compléments alimentaires pré et probiotiques pendant les traitements antibiotiques médicamenteux. En effet, ces médicaments perturbent considérablement l’ensemble des microbiotes de l’organisme, la flore vaginale y compris.
  • La prise de la pilule augmente considérablement la charge des hormones sexuelles (oestrogènes et progestérone). L’écosystème et le microbiote vaginal en subissent nécessairement les conséquences. Il n’y a malheureusement pas de conseils particuliers à suivre, devant la puissance des médicaments absorbés et l’imprégnation hormonale artificielle. Mais toute femme prenant une pilule contraceptive devrait en être informée.
  • Eviter les épilations définitives au laser. Les follicules pileux participent à la lubrification de la zone génitale par leurs sécrétions sébacées.
  • Des mycoses récidivantes son bénignes, mais sont le témoignage d’un problème immunitaire au niveau vaginal. Ces mycoses sont un signe d’alarme à prendre en compte. En effet, elles peuvent s’accompagner de co-infections plus graves, telles que le papilloma-virus, les infections à gardnerella, à clostridium ou à trychomonas.

Les huiles essentielles pour le confort intime de la femme

L’aromathérapie peut s’inviter au quotidien pour préserver l’équilibre des lieux. Délicatesse, justesse, mais aussi efficacité et plaisir peuvent être véritablement les maîtres mots des soins gynécologiques à base d’huiles essentielles que l’on peut apporter comme gestes DIY quotidiens ou réguliers.

Toilette intime avec les huiles essentielles si utilisation d’un savon liquide de toilette

1 goutte d’HE de tea tree, dans le creux de la main avec la dose de savon liquide. Régule les mauvaises bactéries potentielles, ainsi que le candida albicans, rafraichit et purifie la zone vulvaire, renforce l’immunité locale

Geste de soin apaisant et immunitaire avec les huiles essentielles (après la toilette intime)

Voici une synergie aromatique douce qui peut être appliquée après la toilette pour optimiser l’équilibre vaginal et parfumer délicatement les parties génitales.

A réaliser dans un flacon de 30 ml, muni d’un compte goutte capillaire

  • HE tea tree, Melaleuca alternifolia 1,5 ml ou 45 gouttes
  • HE lavande fine, Lavandula angustifolia 1,5 ml ou 45 gouttes
  • Macérat lipidique de calendula QSP 30 ml

Appliquer en quantité suffisante et nécessaire de préférence après la toilette sur l’ensemble des parties génitales, une fois par jour. Peut être fait tous les jours si besoins, 3 semaines sur 4.

En cas de démangeaisons, peut être appliqué 4 fois par jour pendant 8 jours.

En cas de perturbation du confort intime après les rapports sexuels, cette synergie peut servir de lubrifiant pendant le rapport et prévenir l’inconfort.

 

Pour compléter toutes ces informations, rien de tel que de venir assister à l’atelier AMSOAM d’aromathérapie familiale consacré à la femme aux problématiques du féminin. Des conseils pratiques, du vécu, des partages et de la convivialité …

PARTAGER
Docteur en Pharmacie, aromatologue et réflexologue. Aude Maillard a une approche très complète des huiles essentielles, à la fois scientifique et énergétique. C’est aussi et avant tout une passionnée des huiles essentielles avide de transmettre son savoir. Elle anime aujourd’hui des ateliers santé autour de l’aromathérapie ainsi que des formations professionnelles pour devenir aromathérapeute.