Pollens, allergènes, allergies saisonnières : prévenir et soigner avec les huiles essentielles

Pollens huiles essentielles et allergie saissonière

Le printemps est parfois synonyme d’éternuements, de toux irritatives, d’écoulements et de larmoiements, autant de symptômes caractéristiques de rhinites ou conjonctivites, qui peuvent signer une allergie saisonnière. La gêne, l’inconfort se font sentir et à terme la fatigue s’installe. Comment faire avec les huiles essentielles pour contrecarrer ou limiter ces manifestations en rapport avec les pollens ou divers allergènes et retrouver le plaisir d’être au grand air en toute tranquillité ?

Allergie printanière : allergènes et sensibilisation

Le système immunitaire intervient pour nous défendre d’agresseurs extérieurs (bactéries, virus, parasites…). Il reconnait l’hôte indésirable et produit des anticorps, ou immunoglobulines, pour neutraliser cet élément étranger. Parfois, il se trompe, s’emballe et déclenche une réaction excessive contre des facteurs de notre environnement semblant inoffensifs, comme les moisissures, acariens, poils d’animaux, fruits à coques (amandes, noisettes, cacahuètes…) … ou encore les pollens, surtout d’arbres et d’herbacées. Ce sont des allergènes. Lors de la première exposition à l’allergène, l’organisme enregistre une information, lui indiquant que celui-ci est « dangereux » et il va se sensibiliser à cet élément. La réaction immunitaire s’enclenche, mais sans manifestation apparente. C’est l’étape de sensibilisation.

Réactions allergiques : conjonctivites, rhinites, urticaire…

En cas de réexposition, le système immunitaire surréagit, soit très rapidement après le nouveau contact avec l’allergène, soit quelques mois ou années plus tard. La réaction immédiate se traduit par des éternuements, larmoiements, écoulements nasaux, … rhinites et conjonctivites allergiques sont fréquentes. La gêne respiratoire peut être observée au niveau bronchique et aller jusqu’à la crise d’asthme allergique. Au niveau cutané, on peut observer de l’urticaire. La réaction la plus importante, et nécessitant une prise en charge médicale d’urgence, est le choc anaphylactique ou œdème de Quincke. Les anticorps produits sont des IgE, ou immunoglobulines E, caractéristiques de la réaction allergique. Ils interviennent dès qu’ils sentent la présence de l’allergène et déclenchent la libération d’une substance appelée histamine, qui augmente les sécrétions normales du corps, d’où les éternuements, larmoiements, … Elle peut provoquer aussi une apparition de boutons et /ou rougeurs. La réaction retardée, ou hypersensibilité de type retardé, est différente et ne fait pas appel aux IgE, mais le système immunitaire surréagit également. Les manifestations sont surtout cutanées, type allergie de contact. Les allergènes ne sont pas les mêmes : il s’agit plutôt de produits d’origine chimique (et non végétale ou animale) ou de métaux (Nickel par exemple).

Huiles essentielles et allergies saisonnières

L’aromathérapie met à notre disposition des huiles essentielles aux propriétés antiallergiques, antiinflammatoires et calmantes. En les utilisant, on voit aussi parfois au fil des années le terrain allergique régresser.

Principales huiles essentielles de l’allergie saisonnière :  Estragon, Camomille romaine, Camomille allemande, Katrafay

  • HE Estragon, Artemisia dracunculus : antispasmodique neuromusculaire puissante et antiallergique
  • HE Camomille romaine, Chamaemelum nobile : anti-inflammatoire, antiallergique, antispasmodique et calmante du système nerveux central
  • HE Camomille allemande ou Matricaire, Matricaria recutita : anti-inflammatoire, antiprurigineuse et antiallergique
  • HE Katrafay, Cedrelopsis grevei : plante de Madagascar, aux propriétés très anti-inflammatoires et antiallergiques. Tonifiante générale

Allergies saisonnières : protocoles aromatiques 

Plusieurs possibilités s’offrent à vous, à choisir selon vos besoins !

Prévenir rhinites et conjonctivites allergiques 

HE Camomille romaine, Chamaemelum nobile : 1 goutte de cette huile essentielle, 2 à 3 fois par jour sur un support neutre, à glisser sous la langue, 8 à 10 jours par mois sur les trois mois précédant la période d’allergie — Contre-indication : premier trimestre de la grossesse

OU

HE Estragon, Artemisia dracunculus : 1 à 2 goutte(s) de cette huile essentielle, 2 à 3 fois par jour sur un support neutre. A démarrer dans les deux semaines précédant la période d’allergie  — Précaution d’emploi : Usage ponctuel, pas d’utilisation prolongée sans avis thérapeutique – Contre-indiqué chez les femmes enceintes, allaitantes et les jeunes enfants

Accompagner rhinites et conjonctivites allergiques 

  • Voie orale/sublinguale

HE Estragon, Artemisia dracunculus : 1 à 2 goutte(s) 2 à 3 fois par jour sur un support neutre. Sur quelques jours en cas de crise — Précaution d’emploi : cf ci-dessus

  • Synergie complémentaire décongestionnante

Propriétés : antiallergique avec l’Estragon et la Camomille allemande, décongestionnante et équilibrante physique et nerveuse avec le Ravintsara, calmante et régulatrice nerveuse avec le Petit grain bigarade.

HE Ravintsara, Cinnamomum camphora CT 1-8 cinéole 1 ml
HE Estragon, Artemisia dracunculus2 ml
HE Camomille allemande, Matricaria recutita 1 ml
HE Petit grain bigarade, Citrus aurantium aurantium, op feuilles 1 ml
HV noyau d’abricot QSP 50 ml
(Complément)

Mode d’utilisation : dans un flacon compte-goutte en verre teinté de 50 ml, verser les huiles essentielles, puis compléter avec l’huile végétal. Appliquer quelques gouttes, 2 à 4 fois par jour sur le thorax, terminer par les ailes du nez. A faire, en période de crise, sur 4-5 jours. A renouveler selon les besoins.

Précautions d’emploi : Pas d’utilisation prolongée sans avis thérapeutique – Déconseillé chez les asthmatiques (Ravintsara) – Contre-indiqué chez les femmes enceintes, allaitantes et les jeunes enfants

  • Synergie pour les muqueuses nasales
HE Katrafay, Cedrelopsis grevei 6 gouttes
HE Camomille allemande, Matricaria recutita2 gouttes
HE Géranium rosat, Pelargonium graveolens var Egypte 2 gouttes
MH Calendula, Calendula officinalisQSP 30 ml
(complément)

Le macérat huileux de Calendula tapisse la muqueuse nasale d’un film lipidique, qui isole des allergènes, et, associé aux huiles essentielles, calme l’inflammation.

Mode d’utilisation : dans un flacon compte-goutte nasal de 30 ml, verser les huiles essentielles, puis compléter avec le macérat. Après lavage des fosses nasales, instiller 1 goutte 3 fois par jour de ce mélange dans chaque narine, pendant 4-5 jours en période de crise.

Précaution d’emploi : contre-indiqué pendant la grossesse et chez les enfants

En cas de crise allergique, pour soulager les symptômes rapidement et l’inflammation des muqueuses, vous pouvez trouver d’autres conseils totalement complémentaires dans l’article ; Crise allergique : Soulager rapidement avec hydrolats et huiles essentielles.

Des conseils complémentaires sur le terrain asthmatique peuvent être trouvés dans l’article d’Aude Maillard « Les huiles essentielles de l’asthme, savoir traiter sans danger ».

Les précautions d’emplois et contre-indications quant à l’utilisation des huiles essentielles sont nombreuses, notamment pour les femmes enceintes et allaitantes, les personnes âgées, les enfants, les sujets allergiques, asthmatiques et épileptiques. Ces informations sont à consulter dans les articles d’Aude Maillard « Maitriser la dangerosité des huiles essentielles ».